KT Gorique, à la conquête de l’Est

Portraits

Rencontre avec KT Gorique qui diffuse son rap dans toute la Suisse.

José "Geos" Tippenhauer - 2019-03-29
KT Gorique, à la conquête de l’Est - © Jérémie Carron
© Jérémie Carron


KT Gorique mérite son surnom de « Couteau suisse ». Après sa victoire au concours international d’improvisation rap End of the Weak à New York en 2012, il y a eu le film Brooklyn de Pascal Tessaud, où elle interprétait la jeune rappeuse Coralie. En 2016, elle a sorti son premier album Tentative de Survie. Et l’an dernier, elle est entrée dans les charts avec son projet Kunta Kita. Quelques semaines après sa nomination aux Swiss Music Awards, elle continue son ascension. Elle ouvrira le concert de Nicki Minaj au Hallenstadion à Zürich, et fait partie des rares francophones à l’affiche du festival Frauenfeld. 2019 promet pour la rappeuse avec qui nous avons parlé de la Suisse, de ses inspirations et ses processus créatifs.

 Kunta Kita est sorti en juillet 2018. Quel bilan en tires-tu ?

KT : Ce projet a produit un gros changement dans ma carrière. Je n’aurais pas espéré la moitié de ce qui m’est arrivé grâce à lui!
Depuis sa sortie, j’ai fait une quarantaine de dates, dont mes premières en tant que tête d’affiche, et plusieurs fois c’était complet (à Saint-Gall, Lucerne, etc.). Jusqu’ici, pendant 6 ans je faisais toujours le concert de la découverte, les gens ne me connaissaient pas spécialement. Là, avec  Kunta Kita, une fan base solide s’est établie. Le paradoxe, c’est que la majeure partie vient de Suisse alémanique – alors que je chante en français. C’est incroyable!
Ce qui a beaucoup joué là-dedans, c’est que le projet est distribué par un label zurichois, FarMore Records. Et surtout, en septembre, SRF3 m’a nommée « Best Talent » du mois. C’est une radio généraliste, donc beaucoup de gens pas forcément hip-hop y ont entendu mes sons. Ça m’a amené un public différent, je le remarque à mes concerts: il y a des personnes hip-hop, des punks, des rastas, des mecs rocks, des petits, des vieux. Pour moi, c’est le plus beau cadeau. Je fais de la musique pour tout le monde, pas que pour celles et ceux qui ont déjà les codes rap.

 

SRF3 BEST TALENT SHOW

 

Maintenant que tu tournes beaucoup en Suisse allemande, comment identifies-tu ce fameux Roestigraben (barrière symbolique entre les parties francophone et germanophone du pays)?

KT : Une grosse différence, c’est le budget que le public est prêt à débloquer. Dernièrement, j’ai fait une date à Lausanne avec des artistes de Romandie (partie francophone de la Suisse), l’entrée était 25 CHF. J’ai tout de suite pensé que les gens trouveraient ça cher, et effectivement la salle n’était pas remplie. La semaine suivante, j’étais en Suisse allemande, il y avait moi et une première partie pour 30 CHF… C’était full!
J’ai l’impression que nous les Romand-e-s, on cherche notre identité du côté français. Alors que les Suisses alémaniques, dans leur tête, ils sont Suisses! Quand ils voient des artistes suisses qui assurent, ils se disent « c’est cool parce qu’ils sont forts et surtout parce qu’ils sont Suisses! », et ils vont les encourager. Nous les Romand-e-s, comme on s’identifie plus aux Français-es, on a tendance à valider nos artistes que s’ils sont validés en France, ou en tout cas à l’extérieur de nos frontières. Heureusement, ça commence à changer. Dans une date récente, j’étais avec Danitsa, Comme1Flocon, SuperWak Clique, et Chien Bleu. Un line-up pareil, avec que des Romand-e-s, sans aucun-e étranger-ère, c’était impossible il y a 3 ans!
Pour revenir au Roestigraben, c’est marrant car quand je dis à des Romand-e-s que je vais faire des concerts en Suisse allemande, on me répond : « mais ils ne sont pas pire fermés d’esprit?! » Alors qu’au contraire, je me rends compte qu’ils-elles sont deux fois plus ouvert-e-s que nous! La preuve, c’est qu’eux nous accueillent, mais que les rappeur-euse-s alémaniques sont inconnu-e-s ici.

 

FREESTYLE @NAYUNO SESSIONS

 

Dans ton titre Outta Road, tu frappes des gens vêtus de gilets jaunes. C’était avant la formation du mouvement, mais dans ta « NAYUNO Session », tu parles des « vrais » Gilets jaunes, en disant: « le jaune a la cote cet hiver, ils le portent en gilet, moi je veux tout l’ensemble ». Est-ce une pique ?

KT : Au contraire, c’est un message d’encouragement. Si j’étais Française, je serais sur la route tous les jours avec eux, avec des gilets jaunes partout, même sur mes jambes! 
Tout ce que j’écris, c’est de l’instinct. Quand je vois des personnes pas forcément issues des mêmes milieux sociaux se rassembler pour faire valoir leurs droits en tant qu’humains – parce qu’elles sont dans une position injuste et invivable –, je trouve ça beau! Donc « je veux tout l’ensemble », c’est pour dire « je suis avec vous jusqu’au bout »!
 

OUTTA ROAD

 

Parlons de ton processus créatif justement. Qu’entends-tu par « écrire à l’instinct » ?

KT : Pour créer des textes, avant toute chose, j’ai besoin d’un beat. Si je n’en ai pas, ça m’arrive d’écrire un peu, mais ce ne sera jamais un morceau entier. Quand je veux me lancer dans une chanson, j’ai automatiquement besoin d’avoir de la musique, c’est elle qui dicte mes mots.
Niveau inspiration, ma source, c’est le quotidien. Il y a plein de choses dans la vie auxquelles je suis sensible. Ça peut venir de ce que je vois, ce que je vis, ce que j’entends, des expériences de gens autour de moi, de ma famille, ou de difficultés que je rencontre. Ça peut être très personnel, mais aussi plus global – comme dans l’exemple des Gilets jaunes.
De là, la musique et les émotions vont me guider. J’essaie de me connecter à ce que je ressens et le mettre en forme sur le rythme. J’écris assez souvent sur mon ordinateur, sinon, quand je veux garder ce truc de l’instinct justement, être incisive, j’écris mes textes directement dans la tête. Je fais une phrase après l’autre, et je les retiens au fur et à mesure, sans avoir besoin de retranscrire tout ça sur une feuille. Les mélodies de voix et le flow suivront alors naturellement, en fonction de ce que je veux raconter. Via cette méthode, j’ai l’impression d’être beaucoup plus instinctive, directe dans ce que je veux dire et dans ma manière de poser. 

En plus d’écrire tes textes, tu composes aussi tes propres beats. Là encore, comment procèdes-tu? Tu commences par quelles sonorités?

KT : Je compose de temps à temps, oui. En principe, je vais avoir une base, une petite vibe, comme une énergie, soit mélancolique, soit un peu reggae, soit un peu cainfri (ndlr: « africaine ») par exemple. Je pars toujours d’une sorte de couleur qu’il y a dans ma tête, c’est vraiment très abstrait en fait. J’essaie ensuite de retranscrire mélodieusement parlant ce que j’ai en tête, en utilisant plein de samples sur mon clavier MIDI. Je cherche, je cherche, je cherche… Jusqu’à trouver le son ou les notes qui me parlent. Je commence alors avec la mélodie de base, et de là je vais construire autour. Je vais continuer comme ça jusqu’à ce que mon instrumental soit composé.

 

KUNTA KITA (prod by KT Gorique)

0:00
0:00