Dossier

La nouvelle musique populaire suisse

Panorama

La musique populaire a connu un important essor au cours des dernières décennies. Ce dossier se consacre à cette passion retrouvée pour la tradition.

Johannes Rühl - 2020-09-11
La nouvelle musique populaire suisse - © Johannes Rühl
© Johannes Rühl

Depuis les années 1990, la musique populaire suisse connaît un essor unique. Ce nouvel engouement pour la tradition a reçu de fortes impulsions de l'extérieur et a également été profusément stimulé par des musiciennes et musiciens d'autres genres musicaux. Depuis un certain temps déjà, la musique populaire a retrouvé sa place sur la scène traditionnelle et l'enthousiasme à son égard n’est pas près de tarir.

Le phénomène n’a rien d’étonnant. La musique populaire s’est toujours distinguée par sa capacité à s’adapter sans cesse au goût de son époque. Depuis la période romantique, elle fait partie du canon de valeurs nationales dans de nombreux pays européens, et vers 1900, elle a été de plus en plus largement acceptée par la société. Il en est allé de même en Suisse où de nombreuses traditions régionales ont convergé vers ce qu’on nomme désormais la musique populaire suisse. Les années 1920 ont vu émerger dans les centres urbains sous le nom de « Ländlermusik » une musique de divertissement populaire qui venait des régions alpines.

En revanche, dans les régions italophones du pays, la musique folklorique est basée sur la tradition lombarde et piémontaise. La Suisse romande ne peut pas se prévaloir d'une telle évolution, car elle n'a tout simplement pas existé. À cet égard, l'idée d'une « musique populaire suisse » uniforme en tant que musique nationale est une fiction. On entend généralement sous ce terme, la musique des régions germanophones et rhéto-romanes du pays.

En Suisse, tout comme ailleurs, la musique populaire est devenue un champ d'action pour les musiciennes et musiciens d'autres genres musicaux et pour les milieux culturels de la jeunesse engagée, et ce dès les années 70, mais surtout après 1990. Cette musique est devenue un point de rencontre pour les musiciennes et musiciens de différents genres et scènes et un réservoir d’échange et de créativité.  

De manière ludique, un matériel traditionnel autrefois réputé ringard a séduit musiciennes et musiciens, organisateurs, labels et sponsors en tous genres et emballé un public enthousiaste et de plus en plus nombreux. Aujourd'hui, on peut qualifier de phénomène ce regain d’intérêt pour la musique traditionnelle que l’on nomme communément « Nouvelle musique populaire suisse », même si celle-ci ne saurait être réduite à un dénominateur commun tant ses manifestations sont variées. La Haute école de musique de Lucerne contribue de manière significative à son développement et son essor. Quant aux nombreux festivals de musique, ils accordent désormais à cette musique vivante une place de choix qui contribue à son rayonnement.   
 

0:00
0:00